Haut PDF Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l’abattoir d’El Harrach : Partie bibliographique

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l’abattoir d’El Harrach : Partie bibliographique

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l’abattoir d’El Harrach : Partie bibliographique

Cette étude a pour objectif la revue bibliographique sur les établissements d’abattage en général. Trois chapitres sont traités. Le premier est relatif aux abattoirs et aux techniques de l’inspection vétérinaire. Le second chapitre développe des notions fondamentales sur les viandes ; et le dernier chapitre traite de la notion de programme pré requis (PPR).

1 En savoir plus

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l’abattoir d’El Harrach

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l’abattoir d’El Harrach

Ce travail a pour but d'établir un état des lieux de l'abattoir d’El-Harrach en matière de respect des bonnes pratiques d'hygiène (BPH) et de fabrication (BPF), à travers un audit d'hygiène, selon les exigences édictées par les organismes internationaux. Au total ; l’étude a portée sur 107 critères pour les BPH et BPF confondus. L’abattoir d’El-Harrach a enregistré 49% de conformités contre 51% de non-conformités ; ces dernières se déclinent en 31% de non-conformités mineures et 20% de non-conformités majeures.
En savoir plus

1 En savoir plus

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d'hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l'abattoir d'El- Harrach

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d'hygiène (BPH) et des bonnes pratiques de fabrication (BPF) dans l'abattoir d'El- Harrach

Résumé : Cette étude vise de façon spécifique à contribuer à la sensibilisation et à la formation du personnel de l'abattoir d'El-Harrach au respect des bonnes pratiques d'hygiène (BPH) et de fabrication (BPF), et ce grâce à un audit d'hygiène. 31,7% de conformités et 68,3% de non conformités principalement mineures (42,7%) ont été enregistrées. Nous recommandons d'apporter des mesures correctives en commençant par le réaménagement

1 En savoir plus

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène et des bonnes pratiques de fabrication au niveau de l’abattoir de Boufarik

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiène et des bonnes pratiques de fabrication au niveau de l’abattoir de Boufarik

L’audit d’hygiène dans un abattoir des animaux du bétail permet d’envisager les défauts d’hygiène et proposer des corrections, afin d’arriver à des établissements qui respectent les normes préconisées par la réglementation et produisent des viandes saines et conservables. Notre travail a consisté à évaluer l’hygiène des locaux, des équipements et du personnel. L’étude a montré que la situation est loin d’être satisfaisante : une matière de revêtement du sol et des murs mal choisie avec des surfaces très sales, des machines et ustensiles très souillés, absence de formation du personnel, et enfin un protocole de nettoyage et de désinfection inadéquat. Nous avons également suivi les techniques d'inspection ante mortem, post mortem et les techniques de surveillance des opérations d'abattage pratiquées par les vétérinaires inspecteurs de l'abattoir. Nous avons noté l’absence totale de l’inspection ante mortem, des négligences importantes lors de la surveillance des opérations d’abattage habillage, et enfin, les techniques d’inspection post mortem ne sont pas respectées.
En savoir plus

1 En savoir plus

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiene et des bonnes pratiques de fabrication dans les abattoirs de Sidi Akkacha et Chelghoum l'Aid

Contribution à la mise en place des bonnes pratiques d’hygiene et des bonnes pratiques de fabrication dans les abattoirs de Sidi Akkacha et Chelghoum l'Aid

Cette étude a pour objectif d'améliorer la qualité hygiénique des produits d'abattoir, par la maîtrise de la contamination bactérienne, principal danger lors de la production de viande fraiche. Notre travail vise de façon spécifique à contribuer à la sensibilisation et la formation du personnel au respect des bonnes pratiques d'hygiène (BPH) et de fabrication (BPF), à travers un audit d'hygiène de l'abattoir, selon les exigences édictées par les organismes internationaux, afin d'établir un état des lieux puis proposer une mise à niveau de l'existant.
En savoir plus

1 En savoir plus

Contribution à la mise en place d’un système HACCP et des bonnes pratiques d’hygiène au sein de l’abattoir de Lachbour de Bordj Bou Arréridj

Contribution à la mise en place d’un système HACCP et des bonnes pratiques d’hygiène au sein de l’abattoir de Lachbour de Bordj Bou Arréridj

II-La thyroïde : 1-L’anatomie de la thyriode : -La thyroïde est une glande située dans la partie antéro-inférieure du cou, en avant des six premiers anneaux de la trachée, sous le cartilage. Elle est constituée par deux lobes latéraux ovoïdes, réunis par un isthme duquel se détache parfois un lobe intermédiaire ou pyramide de L’alouette, vestige de l’embryogénèse (voir figure 4), ce qui lui donne globalement la forme d’un H ou d’un papillon. C’est une glande de petite taille, de 5 à 6 cm de hauteur et d’environ 2 cm de largeur et d’épaisseur. Son poids moyen est de 30g Richement vascularisée, elle reçoit de 80 à 120 ml de sang par minute
En savoir plus

56 En savoir plus

Analyse Informatique de Guides de Bonnes Pratiques Cliniques

Analyse Informatique de Guides de Bonnes Pratiques Cliniques

Chapitre 1 Introduction Le traitement des documents médicaux est devenu un domaine important de l’Informatique Médicale, en raison du rôle central joué par ceux-ci dans tous les domaines de la Médecine depuis la diffusion des connaissances jusqu’à la pratique clinique et la gestion des soins. Les documents médicaux se répartissent en genres précis qui ont chacun une identité forte : dossiers cliniques, comptes rendus d’hospitalisation ou d’intervention, correspondances, articles scientifiques. Certains textes ont de plus un caractère normatif dans la mesure où ils visent à encourager des attitudes cliniques efficaces, qu’on désigne habituellement par le terme de « Bonnes Pratiques Cliniques ». Ces textes normatifs appelés Guides de Bonnes Pratiques ont pour fonction de décrire des « conduites à tenir » basées sur le concept d’Evidence-Based Medicine, ou médecine basée sur les preuves. Au plan de l’expression, ils partagent certaines propriétés des textes juridiques et réglementaires (Moulin & Rousseau, 1990) même si leur style est généralement moins prescriptif. Chaque Guide de Bonnes Pratiques aborde un thème unique, par exemple la prise en charge de l’hypertension artérielle, ou le suivi du patient diabétique.
En savoir plus

221 En savoir plus

Voyages et Rencontres : Des bonnes pratiques à la compétence à vivre

Voyages et Rencontres : Des bonnes pratiques à la compétence à vivre

3.3.1. L’apport des stages à la connaissance du métier La modulation des possibilités de formation, introduite par le schéma adopté (stage A et B puis cursus C et D), est un principe incitant à être curieux vis-à-vis du dispositif de formation, sachant qu’après la réalisation d’un stage A, si un stagiaire ne souhaite pas renouveler l’expérience il peut s’en tenir là. Cela peut tenir à des raisons personnelles tout comme à des raisons plus collectives : l’équipe de travail peut estimer qu’un départ en formation n’est pas souhaitable, l’employeur peut mandater un salarié pour faire une approche générale d’une question qui se pose pour l’institution (organiser par exemple un service ambulatoire alors que l’institution s’est construite sur l’activité résidentielle). Cette facilité peut s’avérer utile, mais elle signifie aussi que si un nombre important de stagiaires ne font qu’un stage A, c’est l’ensemble du réseau et de l’élaboration d’un référentiel qui peut être en péril. Se limiter à un stage A est une sorte d’« instrumentation élémentaire » du processus de formation dans la mesure où l’apport au métier est inexistant puisque la réflexion sur une bonne pratique n’est pas requise. Et de la même façon, la question se pose si un stagiaire effectue un ou deux stages de type B sans pour autant souhaiter s’engager dans la phase C. Dans ce cas, il aura peut-être contribué à améliorer la qualité du travail dans son institution, mais sa contribution à la connaissance du métier des CT restera mineure puisqu’il ne deviendra pas « compagnon ECEtt ». Car dans le principe, plus il y aura de compagnons ECEtt, plus le processus de professionnalisation deviendra une dynamique permanente de réflexion et de mise en visibilité du métier.
En savoir plus

71 En savoir plus

Guide de bonnes pratiques sur la gestion des données de la Recherche

Guide de bonnes pratiques sur la gestion des données de la Recherche

Le cloud européen EOSC a été abordé par Volker Beckman, chargé de mission CNRS-EOSC et Directeur adjoint scientifique Calcul et Données IN2P3/CNRS, lors des JCAD 2019 . Il explique comment concrètement les chercheurs peuvent utiliser EOSC, et fait le point sur les principales questions que vous vous posez peut-être sur EOSC : Qu’est ce que EOSC ? Où en est-on et quelles sont les prochaines étapes ? Comment puis-je contribuer et/ou bénéficier ? EOSC en France. Il présente la stratégie européenne d’élaboration de ce Cloud européen lancé en 2016, qui offre aux chercheurs des services, l’accès à des données et à d’autres ressources fournies par des infrastructures de recherche publiques nationales, régionales et institutionnelles en Europe. Partant des nombreux appels à projets qui ont été lancés pour construire ce cloud (EOSCpilot, EOSC-hub, EOSC-Pillar, etc.), il expose les possibilités de collaboration. Depuis 2019, une structuration se met en place : une gouvernance temporaire et une implication forte des ministères nationaux comme têtes de file des communautés scientifiques impliquées. Ces travaux préparatoires devraient déboucher sur d’importantes opportunités de financement dans le « Horizon Europe Work Programme ». Le lien avec l’infrastructure nationale France Grilles est également décrit.
En savoir plus

105 En savoir plus

Inspection et evaluation des bonnes pratiques d’hygiene et de fabrication (bph, bpf) dans une laiterie a alger

Inspection et evaluation des bonnes pratiques d’hygiene et de fabrication (bph, bpf) dans une laiterie a alger

Les résultats de l’inspection et de l’évaluation réalisée grâce à des grilles d’audit, ont montré un taux de conformité égale à 62.20%, un taux de non-conformités mineures de 30.70% et un taux de non-conformités majeures de 6.10%.Ces résultats permettent d’apprécier le degré non négligeable de l’application des bonnes pratiques d’hygiène dans l’unité. cependant nous recommandons à l’unité de fournir plus d’efforts à l’instar de la demande des analyses physico-chimiques et la recherche des résidus d'antibiotiques dans le lait cru et la formation du personnel aux bonnes pratiques d’hygiène, afin d’assurer la qualité de leurs produits et de protéger ainsi la santé du consommateur
En savoir plus

1 En savoir plus

Inspection des bonnes pratiques de fabrication Dans un etablissement d’abattage avicole dans La wilaya de Tizi Ouzou

Inspection des bonnes pratiques de fabrication Dans un etablissement d’abattage avicole dans La wilaya de Tizi Ouzou

fabrication et dans le but d'assurer la sécurité sanitaire des aliments remis au consommateur.L’inspection menée a permis de révéler un taux de conformités élevée (88%) par rapport à celle des non-conformités (12 %) avec une prévalence des non-conformités mineures de 1.72% et des non-conformités majeures de 10.34%.

1 En savoir plus

Pour une prescription et une délivrance raisonnées du médicament vétérinaire : L'exemple de la mise en place du guide de bonnes pratiques du médicament vétérinaire

Pour une prescription et une délivrance raisonnées du médicament vétérinaire : L'exemple de la mise en place du guide de bonnes pratiques du médicament vétérinaire

La base de l’activité professionnelle est la réalisation d’actes à caractère curatif, médicaux ou chirurgicaux. A cette activité principale d’urgentiste, s’ajoute un investissement dans la prévention des pathologies, et la gestion sanitaire et économique des troupeaux. Le vétérinaire devient alors un partenaire privilégié de l’éleveur, avec un rôle de conseil, de formation et d’information [72]. Citons ici quelques services développés par les vétérinaires : la démarche GTV partenaire, développée par la Société Nationale des Groupements Techniques Vétérinaires (SNGTV) [18], est une démarche d’assurance qualité dans le traitement des mammites. D’autres outils mis en place pour la gestion de la reproduction, de l’alimentation, de la qualité du lait…sont autant de services que peuvent rendre les vétérinaires aux éleveurs, dans une démarche pouvant être contractualisée, le vétérinaire devenant un intervenant régulier dans l’exploitation.
En savoir plus

103 En savoir plus

Les réformes ferroviaires européennes : à la recherche des "bonnes pratiques"

Les réformes ferroviaires européennes : à la recherche des "bonnes pratiques"

Les effets stimulants de la concurrence se manifestent déjà dans le paysage européen du transport ferré de fret puisque les réseaux trans-européens sont officiellement ouverts depuis le 15 mars 2003. En 2006, il en ira de même pour les transports nationaux de fret, et en 2008 pour les transports de voyageurs. Même si cette échéance devait être repoussée d’une ou deux années du fait de certaines pressions, il n’en reste pas moins que les règles du jeu ferroviaire n’ont pas fini d’être bousculées. Comme les autres industries de réseau, le transport ferré de voyageurs va entrer en France dans l’ère de la concurrence, mais il va le faire avec des arguments bien meilleurs que dans le domaine du fret. Nous souhaiterions ici montrer en quoi la France, bien qu’officiellement rétive à l’idée de compétition, n’est peut-être pas si mal préparée que cela à sa mise en œuvre. Il doit être clair en effet que la concurrence ne va pas se manifester d’abord dans les zones de trafic les plus rentables, à savoir, pour la France, les lignes à grande vitesse. Les expériences d’ouverture à la concurrence déjà pratiquées dans des pays comme l’Allemagne, la Suède ou la Suisse illustrent cette évidence. A la différence d’autres industries de réseau comme les télécommunications, les nouveaux entrants ne vont pas chercher à écrémer les marchés les plus rentables ; et ceci pour la simple raison que les opérateurs historiques, bien installés et souvent assez performants sur ces segments de marché, ne peuvent être ni évincés, ni même concurrencés. La concurrence se fera donc sur les marges, c’est-à-dire dans le transport régional, activité où la SNCF a accompli dans les années récentes de gros progrès.
En savoir plus

89 En savoir plus

Analyse Informatique de Guides de Bonnes Pratiques Cliniques

Analyse Informatique de Guides de Bonnes Pratiques Cliniques

afin de prendre en compte les opinions des praticiens appelés à appliquer quotidiennement ces recommandations (Armstrong et al., 1992). Les Guides de Bonnes Pratiques sont des documents généralement pensés comme un outil éducatif pour les professionnels de Santé, et comme une cible pour la formation permanente. Par exemple, comme le décrit Dawes (Dawes, 1996), les « médecins de famille » n’ont généralement pas les compétences et l’expérience nécessaires pour juger les résultats et déterminer s’ils sont applicables à leur exercice. Dans ce contexte, les Guides de Bonnes Pratiques pourraient trouver leur place et aider le praticien à mettre en œuvre un traitement efficace pour leur patient basé sur les dernières informations des essais cliniques et des procédures médicales (Patel et al., 2004). Dans cette étude, Patel et ses collègues ont montré que la majorité des praticiens non spécialistes de la dépression avaient des difficultés pour reconnaître les symptômes de la maladie sans l’utilisation d’un Guide de Bonnes Pratiques. L’intérêt des Guides de Bonnes Pratiques est donc bien avant tout un outil d’aide à la conduite à tenir face à une situation clinique. De la même manière, Farquhar et al. (Farquhar, Kofa & Slutsky, 2003) ont montré que 75% des praticiens considèrent les Guides de Bonnes Pratiques comme des outils éducatifs fournissant de « bons conseils ». Parmi ces praticiens, 70% considèrent que les Guides de Bonnes Pratiques ont pour vocation d’améliorer la qualité des soins, et 53% les décrivent comme un outil de réduction des coûts.
En savoir plus

221 En savoir plus

Environnement : des bonnes intentions aux bonnes pratiques 
Environment : from good intentions to good practices

Environnement : des bonnes intentions aux bonnes pratiques Environment : from good intentions to good practices

S eulement 13 % de « SuiveurS » La protection de l’environnement occupe une telle place dans le débat public que plane sur les enquêtes d’opinion le soupçon de réponses enjolivées. Le risque que les personnes inter- viewées se conforment, dans leurs réponses, aux normes sociales ou à ce qu’ils s’imagi- nent être des « bonnes » ou des « mauvaises » réponses, est appelée par les sondeurs l’effet de « désirabilité sociale ». Les travaux menés par le CRÉDOC ont cherché à quantifier la proportion d’individus qui pourraient être concernés par ce biais d’enquête. Nous avons réalisé une typologie de la population mêlant des attitudes variées et plusieurs comporte- ments. De fait, seulement 13 % des individus semblent guidés principalement par le souci de donner une bonne image d’eux-mêmes. Ce groupe de population — dont une partie affirme être très sensible à l’environnement — agit principalement pour se conformer à la mode ou au regard des autres. Il a tendance à afficher des connaissances solides en matière d’environnement, quand le reste de la popula- tion avoue son ignorance. En termes sociodé- mographiques, peu d’éléments le distinguent, si ce n’est une légère surreprésentation des Franciliens.
En savoir plus

4 En savoir plus

Bonnes Pratiques de Fabrication applicables aux excipients pharmaceutiques à usage humain, mise en place de la ligne directrice européenne 2015/C 95/02 au sein d’un groupe international

Bonnes Pratiques de Fabrication applicables aux excipients pharmaceutiques à usage humain, mise en place de la ligne directrice européenne 2015/C 95/02 au sein d’un groupe international

La caractéristique essentielle d'un excipient est l'inertie vis-à-vis de la substance active, de l’organisme et des matériaux de conditionnement. La fonction d’un excipient est de contribuer à certaines propriétés du médicament telles que la facilité de fabrication de la forme (stéarate de magnésium: empêche le grippage sur les presses industrielles à comprimer), la stabilité microbiologique (conservateurs antimicrobiens), physique (agent gélifiant) ou chimique (conservateurs anti-oxydants), l’aspect et l’acceptabilité pour le patient (colorants, édulcorants), la qualité d’usage (excipients diluants tels que le lactose, qui donnent du volume facilitant la préhension de la forme et l’administration d’une petite dose de SA) et le profil biopharmaceutique (excipients des formes à libération prolongée). La formulation d’un médicament comprend généralement plusieurs excipients.
En savoir plus

54 En savoir plus

Corpus oraux, guide des bonnes pratiques 2006

Corpus oraux, guide des bonnes pratiques 2006

Olivier Baude, Claire Blanche-Benveniste, Marie-France Calas, Paul Cappeau, Pascal Cordereix, Laurence Goury, Michel Jacobson, Isabelle de Lamberterie,. Christiane Marchello-Nizia, Loren[r]

209 En savoir plus

Guide des bonnes pratiques de veille en PME-PMI

Guide des bonnes pratiques de veille en PME-PMI

Cette entreprise exporte une grande partie de ses produits, souvent effectués à la demande ou en fonction de contraintes précises. Cette entreprise, décidée à se mettre en état de veille, avait demandé il y a trois ans à bénéficier du concours d'un "homme ressource" (étudiant de troisième cycle faisant un stage de six mois dans l'entreprise qui a été pris en charge par un financement public). Avant cette démarche, l’entreprise avait été sensibilisée à la veille lors de conférences réalisées par le CRRM dans la région Provence Alpes Côte d'Azur.
En savoir plus

53 En savoir plus

ABP.Amiante et Bonnes Pratiques : rapport scientifique final

ABP.Amiante et Bonnes Pratiques : rapport scientifique final

3.1.2.2. Analyses par microscopie optique en lumière polarisée (MOLP) et microscopie optique en lumière polarisée associée au contraste de phase (MOLP-CP) Les analyses par microscopie optique en lumière polarisée (MOLP), sont réalisées à partir de lames minces (5cm X 2cmX 30µm). La fabrication des lames minces nécessite un travail laborieux et minutieux, et ce d’autant plus, lorsqu’il s’agit de roches altérées, peu cohésives, comme nos échantillons calédoniens. De par la lourdeur du protocole de préparation des lames minces, la microscopie optique en lumière polarisante n’est pas une méthode d’analyse des minéraux asbestiformes qui peut être transposée sur le terrain, et reste uniquement applicable en laboratoire. La distinction, par cette technique, des différentes serpentines n’est pas toujours aisée et demande une vraie expertise. Cependant, les connaissances pétrographiques apportées par les analyses MOLP, atteignent l’échelle de la dizaine de µm. Cette dimension de l’information peut révéler la présence de mélanges minéralogiques complexes d’asbestes. De plus, l’observation des lames minces informe sur la texture fine des minéraux asbestiformes (fibre, cohésion des minéraux, microfracturation..). Ces paramètres influent certainement sur la capacité de libération des fibres. La description des textures participe également à l’identification des orientations préférentielles des contraintes et des recristallisations secondaires, nécessaires à la compréhension des effets de l’altération. Dans le cadre du programme Amiante et Bonnes Pratiques 22 lames minces ont été analysées couvrant les différentes minéralogies et degré d’altération des minéraux asbestiformes échantillonnés.
En savoir plus

239 En savoir plus

Je code : Les bonnes pratiques de développement logiciel

Je code : Les bonnes pratiques de développement logiciel

Le choix de composants tiers doit se faire en anticipant les besoins futurs de diffusion (cf. plaquette « Je code : Les bonnes pratiques en matière de diffusion ») et dans le respect des clauses de propriété intellectuelle (cf. plaquette « Je code : Quels sont mes droits ? Quelles sont mes obligations ? »). De même, ces aspects de diffusion et de propriété intellectuelle peuvent avoir un impact sur l’architecture logicielle à mettre en place.

8 En savoir plus

Show all 10000 documents...

Sujets connexes